Héloise Marchyllie, promotion 2019 Toulouse, a gagné le prix spécial du jury Open ISEG X avec son projet d’ONG Revve en Guinée Conakry pour lutter contre les violences faites aux femmes et favoriser leur émancipation par l’éducation. Retour sur ce beau projet!

Bonjour Héloise, tout d’abord félicitations pour ton prix ! Quel a été ta réaction?

Avec ce concours, je suis un peu passée par toutes les émotions ; 

J’ai d’abord appris mon refus pour les 10 dossiers sélectionnés, et là ce fut d’abord la déception tant ce projet me tient à cœur et tant la nécessité d’action est urgente. Ensuite, lorsque j’ai appris que mon dossier a obtenu le prix spécial du jury national, je n’y croyais pas, et j’ai été vraiment très émue. Une grande dose d’émotion qui a rapidement laissé place à la concentration pour continuer le projet. 

Peux tu nous rappeler quel est ton projet?

Ce projet c’est la création de ma propre ONG, l’ONG REVVE acronyme de « Résilience des Enfants Victimes de Violences » en Guinée Conakry.

Le but est simple. Mon organisation est en corrélation avec une ONG déjà existante avec laquelle j’ai travaillé quand j’étais sur le terrain guinéen qui s’occupe des violences faites aux femmes avec trois axes de combat : L’excision (97% de femmes excisées dans ce pays), le mariage précoce (plus de la moitié des jeunes filles mariées avant leur majorité) et les violences basées sur le genre. Mon projet est de prendre en charge le futur de ces victimes, les accueillir, offrir un accès à l’éducation pour les plus jeunes, et à la formation pour les plus âgées, une cellule médicale pour surmonter les traumatismes et les accompagner dans la recherche d’un emploi jusqu’à les rendre indépendantes financièrement. Un travail titanesque mais indispensable pour aider les victimes à se reconstruire. 

Que vas-tu faire avec cet argent?

Les idées ne manquent pas ! La priorité est de créer l’entité, donc une petite somme sera dédiée aux frais de constitution. Ensuite une partie sera consacrée à la location d’une structure pour accueillir les victimes une fois qu’elles seront mises hors de danger. L’achat de matériel scolaire est également impératif si l’on veut éviter le décrochage scolaire des jeunes filles.

Quels sont les prochaines étapes dans la construction de ton projet ?

Le projet n’en est qu’à ses débuts. Tout est à faire. 

Avant tout mon plus grand souhait serait de créer une entité franco-guinéenne et l’une des étapes les plus complexes est de m’entourer de personnes de confiance, fiables & engagées sur le terrain. 

Ensuite, au vu de l’urgence, il me faut aller rapidement sur place. 

Je ne veux pas bruler les étapes, et je reste bien consciente qu’il ne faut pas faire les choses précipitamment si je veux tenir sur le long terme. Mon projet se divise en plusieurs étapes qui seront au fur et à mesure mises en place. En voici les principales :

  • Louer une structure d’accueil pour les victimes 
  • Mettre en place une cellule éducative & scolariser les jeunes victimes pour éviter le décrochage scolaire.
  • Mettre en place une cellule de formation pour les victimes les plus âgées
  • Mettre en place un accompagnement professionnel pour les victimes après formation jusqu’à les rendre indépendantes financièrement.
  • Mettre en place une cellule médicale pour les victimes sévèrement mutilées et une cellule psychologique pour surpasser le traumatisme.
  •  Construire les propres locaux de l’ONG avec un centre d’accueil de jour ET de nuit. 

 

Avec bien sûr, une recherche continue de partenariats, mécénat, structures de financements et encore plus de personnes engagées et motivées pour s’engager avec nous dans ce projet. Pourquoi pas vous ?!

 

Pour contacter Heloise, voici son linkedin.